Histoire

Premiers peuplements
Les premiers peuples polynésiens de l’archipel remontent à 1000 ans avant JC. C’est Jacob Roggeveen, navigateur néerlandais qui découvrit les Samoa en 1722. L’archipel est baptisé « Iles des navigateurs » par le chevalier Louis-Antoine de Bougainville en 1768.

Epoque des missionnaires

A partir de 1830, les missionnaires et commerçants britanniques sont présents dans l’archipel. John Williams et Charles Barf, missionnaires de la London Missionary Society, sont responsables de l’introduction du christianisme.

Division du territoire

Au milieu du XIXe siècle, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Etats-Unis revendiquent ces îles. En 1889, le traité de Berlin garantit l’indépendance des Samoa qui devient une monarchie. Le 2 décembre 1899, l’archipel est divisé en deux : les Samoa occidentales, alors intégrées à la Nouvelle-Guinée (allemande à cette époque) et les Samoa orientales sous le contrôle des Américains.

En 1908, un mouvement d’indépendance (the Mau movement) apparaît dans les Samoa occidentales.

En 1914, le Nouvelle-Zélande prend le contrôle des Samoa occidentales.

En 1918, le navire néo-zélandais Talune débarque à Apia, transportant des passagers infectés par la grippe espagnole. Résultat, la population locale fut décimée et perdit 8 000 de ses habitants.

Le 28 décembre 1929, 9 Samoans furent tués (y compris le haut chef Tupua Tamasese Lealofi III) par la police militaire pendant une manifestation pacifique.

Dans les années 50, de nombreux Samoans partent dans les grandes villes de Nouvelle-Zélande pour y trouver du travail.

Le 1er janvier 1962, les Samoa occidentales obtiennent leur indépendance, mettent fin à l’occupation néo-zélandaise et deviennent membre du Commonwealth en 1970.

Le 2 juillet 1997, les Samoa occidentales prennent le nom officiel de « Samoa ».

En 2002, le Premier Ministre néo-zélandais de l’époque, Helen Clark, s’est officiellement excusée pour les actions entreprises par l’administration néo-zélandaise entre 1918 et 1929 (la propagation de la grippe espagnole, la mort des 9 manifestants et l’exil forcé de leaders samoans).

Fêtes et évènements

Samoa Half Iron – août
Triathlon qui repose sur des épreuves de courses à pied, vélo et nage.
Melanesian Cup – 28 août
Cette compétition rassemble les meilleurs surfeurs de l’archipel ainsi que des équipes venant d’autres îles du Pacifique (2014 : Fidji, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu et Guam).
Teuila Festival – 30 août
Célébré depuis 1991, le festival est l’un des évènements annuels les plus importants.
Il met en avant la culture samoane avec chants, danses traditionnelles et compétitions, umu, tatouage, démonstration de sculpture sur bois, concerts.
Alo Paopao – Septembre
Au programme : régatas, barbecues sur la plage, compétition de construction de bateau, concerts.

Jours fériés (2014)
1er janvier, jour de l’An
29 mars, Vendredi Saint
27 mars, lundi de Pâques
25 avril, Anzac day (commémoration de l’engagement des troupes australiennes et néozélandaises pendant la Première Guerre Mondiale)
Mi-mai, fête des mères
1 juin, jour de l’Indépendance
11 août, fête des pères
13 octobre, Lotu-a-Tamaiti (Day after White Sunday), fête de l’enfance
25 décembre, Noël
26 décembre, Boxing Day

Culture,art et artisanat

Coutumes locales
Il est demandé aux visiteurs de garder une tenue correcte en dehors de la plage. Le maillot de bain est interdit lors de visites de villages. Vous pouvez porter le sarong traditionnel, un short ou un pantalon ainsi qu’un teeshirt.

Matai
La société samoane est organisée par famille. Chacune a son « matai », le leader, le chef et est connectée à un district et un village.

Danses traditionnelles
Plusieurs danses traditionnelles existent aux Samoa : le siva (danse féminine basée sur des mouvements gracieux), le taualuga (se danse seul au rythme des percussions), Siva Afi (danse avec des couteaux enflammés), ou encore le sasa (danse en groupe).

Sport
Le rugby est l’un des sports favoris aux Samoa. L’équipe nationale est connue sous le nom de Manu Samoa, en l’honneur d’un célèbre guerrier samoan. De nombreux joueurs jouent pour les équipes néo-zélandaises et australiennes. Les Samoans aussi ont leur haka : le Siva Tau, une danse guerrière traditionnelle pratiquée avant le match dans le but d’effrayer l’équipe adverse.

Autre sport populaire dans l’archipel, le kirikiri, version samoane du cricket. Il se joue avec une balle faite à la main, et une batte dotée de trois faces.

Vêtements traditionnels
Le lavalava est porté par les hommes et les femmes, un tissu rectangle porté autour de la taille. De nombreux vêtements sont également faits en tapa. Le tapa ou masi, est une étoffe végétale à base d’écorce de l’arbre mûrier à papier.

Spécialités culinaires

On retrouve dans la cuisine samoane le lait et la crème de coco, le taro, le fruit à pain, les bananes, la noix de coco, les poissons et crustacés, le poulet et le porc.
Umu
Le repas traditionnel est cuit dans un umu, four creusé à même le sol. Généralement, les Samoans préparent un cochon accompagné de crustacés, taro et riz.
Palusami
Ce plat est à base de feuilles de taro garnies de viande, cuites dans le jus de citron et la crème de noix de coco.
Oka
Ce plat se compose de poisson cru et de crème de coco.
Kava
Très répandu dans les îles du Pacifique Sud, le kava est la boisson traditionnelle. Il s’agit d’un narcotique naturel fabriqué à base de racines d’arbustes trempées et pressées.

Découvrez nos circuits